Accès à l’information : de quoi parle-t-on ?

Aujourd’hui, à Madagascar, alors que l’avant-projet de loi sur l’accès à l’information fait débat entre la société civile et le gouvernement, est-on sûr de savoir ce que cela implique réellement ?

Récemment, dans le cadre de la mise à jour de l’engagement de l’Union Européenne envers la société civile à Madagascar, Fanainga a lancé un sondage auprès des organisations de la société civile. Une des questions abordées était de faire une évaluation du contexte dans lequel la société civile évolue. Parmi les aspects mentionnés figure celui de l’accès à l’information. Le sondage a révélé une note plutôt positive.

Aussi, pour mieux comprendre cette tendance, nous nous sommes penchés sur les informations que les OSC considèrent comme nécessaires.

Comme l’indique ce graphique, les informations concernant les financements et autres appuis des PTF sont les plus demandées. L’on peut en tirer 2 conclusions :

  • D’abord, la société civile malgache, à l’image du pays, dépend encore grandement de l’aide financière des PTF pour pouvoir travailler efficacement.
  • Ensuite, la société civile, cantonnée dans son rôle de fournisseur de service pour pallier aux défaillances de l’Etat, connaît mal toute la portée qu’elle pourrait réellement avoir, en termes d’acteur à part entière de la vie publique.

En effet, selon la doctrine canadienne, les objectifs de l’accès à l’information sont « de favoriser la démocratie, ce qu’elle fait de deux manières connexes. Elle aide à garantir, en premier lieu, que les citoyens possèdent l’information nécessaire pour participer utilement au processus démocratique, et, en second lieu, que les politiciens et démocrates demeurent comptables envers l’ensemble de la population »  

Alors, oui, il est important que les informations sur les divers appuis des PTF soient accessibles et compréhensibles. Il n’en reste pas moins que le plus important pour une OSC reste, d’une part, d’œuvrer en connaissance de tout ce qui entoure la thématique de son action, et d’autre part, de pouvoir interpeller les autorités sur ce les besoins réels de la société.

Il s’agit bien évidemment d’informations parfois sensibles. Sensibles surtout parce qu’elles forceraient les autorités et le politique à se soumettre derechef aux règles qu’ils ont parfois tendance à ignorer. Et c’est tout le changement que la société civile est en droit d’exiger.

D’autres dimensions qui touchent l’environnement et le fonctionnement des OSC sont aussi à prendre en compte pour que les actions de celles-ci aient des impactes sur le développement.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents

FIFIMPAVA : Les VOI, gages de la valorisation des ressources naturelles

Une stratégie gagnante : agir en même temps dans le développement et la pérennisation des services économiques répondant aux besoins de ses membres à la

Partager l'article
Lire la suite »

Bâtir un leadership humanitaire au sein de la société civile dans le Sud

Le Grand Sud du pays est marqué depuis plusieurs décennies par une crise humanitaire sans précédent. Au gré de l’alternance entre périodes de récoltes, et

Partager l'article
Lire la suite »

Anciennes détenues : le défi de la réinsertion sociale

Revenir dans la société, après un séjour en prison, représente un défi important. A Madagascar surtout, la prison est considérée comme le lieu où sont

Partager l'article
Lire la suite »

SIOKA : médias indépendants de la société civile malagasy.

Le nouveau-né qui s’ajouter au paysage médiatique malgache s’appelle SIOKA. Cette « presse indépendante de la société civile » a vu le jour le 30 aout 2022.

Partager l'article
Lire la suite »