Amélioration de l’éducation : une responsabilité commune

enfant

Selon les statistiques, seul 1 enfant malgache sur 3 arrive à finir son éducation primaire. Le programme d’analyse des systèmes éducatif a révélé qu’à la sortie de leur éducation primaire, seuls 17% des élèves ont les compétences minimales de lecture et 20% en mathématiques. Ces statistiques catastrophiques ont pour cause, entre autres, l’insuffisance d’infrastructures de proximité dédiées à l’éducation.

Les différentes réformes de l’éducation sont pourtant en cours. L’Etat a initié des efforts, aussi bien dans l’amélioration de la qualité de l’éducation que dans la mise en place de ces infrastructures scolaires de proximité. De son côté, les organisations de la société civile, dans son rôle de partenaire du développement  accompagne ces réformes et investissent dans la mise en place de ces infrastructures.

L’association Malagasy Mikatsaka ny Soa (MAMISOA) fait partie de ces OSC qui ont décidé d’intervenir dans le secteur de l’éducation. Motivée par le proverbe malgache « Ny fianarana no lova tsara indrindra » traduit en français comme « l’éducation est le plus beau des héritages », l’association a choisi de se consacrer dans l’éducation des enfants, afin qu’elle constitue réellement le levier du développement durable de Madagascar. En effet, les membres sont tous convaincus que l’éducation est un outil pour ériger des citoyens modèles et responsables. Elle permet aux enfants de s’insérer en société et d’acquérir des valeurs et connaissances, leur permettant d’accéder à un emploi stable et durable.

Dès sa création en 2004 ainsi, MAMISOA a adopté sa vision, celle de donner accès à une éducation de qualité pour les enfants vulnérables. Elle cible particulièrement, dans son appui, les enfants en milieu rural, car c’est là qu’on rencontre le plus d’enfants non scolarisés avec un taux d’abandon scolaire élevé.

À travers le mécanisme de renforcement de capacités et de financement de FANAINGA, l’association MAMISOA a alors pu avancer dans la quête de sa vision. Elle a bénéficié d’une subvention du programme lui permettant de mobiliser les acteurs locaux sur l’installation d’une Ecole Primaire Publique (EPP) dans des fokotany en milieu rural.

Une de ces nouvelles écoles primaires mise en place par MAMISOA se trouve dans le fokontany d’Andrainarivo, Commune rurale Ambohitrolomahitsy, District Manjakandriana, Région Analamanga. En effet, l’absence d’une école dans ce fokontany conduisait à la non-solarisation et l’abandon scolaire des enfants, car ces dernières doivent parcourir chaque jour 3 km pour rejoindre l’EPP la plus proche.

Cette initiative a mobilisé divers partenaires. En premier lieu, la population locale a réalisé le terrassement du terrain et avait fourni le sable et les gravillons nécessaires aux travaux de construction. La commune Ambohitrolomahitsy avait construit le bureau administratif, le puits et les latrines. Elle a également apporté les briques nécessaires à la construction des salles de classe. La Circonscription scolaire Manjakandriana, représentée par la Zone administrative pédagogique  quant à elle, met à disposition les personnels administratifs et enseignants. D’ailleurs, cette école a pu être inscrite comme Ecole Primaire Publique au niveau du Ministère de l’éducation nationale grâce à l’intervention de la  CISCO. L’association MAMISOA avait construit les salles de classe, fourni les mobiliers scolaires (table, banc, armoire de rangement) et coordonné l’action en générale.

L’école accueille depuis cette rentrée scolaire 2020 – 2021 les enfants issus de ce fokontany et de ses environs proches.

L’initiative de l’association MAMISOA montre ainsi un exemple de l’efficacité de la collaboration entre une organisation de la société civile et les acteurs locaux et les autorités. Des collaborations dans ce sens sont indispensables dans le domaine de l’éducation. Certes, cette initiative n’est qu’un point de plus dans la résolution du problème au niveau national, mais l’expérience va surement se multiplier et pourrait apporter une nette amélioration sur l’éducation scolaire des enfants dans le pays.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents

Leçons apprises du Covid-19 : la gestion de l’eau et de l’hygiène.

Avec la pandémie de COVID-19, le monde entier s’est retrouvé face à une situation inédite où les gestes les plus basiques du quotidien devenaient tout

Partager l'article
Lire la suite »

Réapprendre le changement. Le cas de Fy Ankinana dans le Vakinankaratra

Jusqu’à 2020, l’association Fy Ankinana s’adonnait à l’électrification rurale. Dans les localités rurales et reculées, l’association mettait à la disposition des ménages, des kits solaires.

Partager l'article
Lire la suite »

Accès à l’eau et à l’hygiène : les femme à la tête du changement communautaire

Dans la commune rurale de Miary, Tuléar II, la diarrhée chronique qui touchait les enfants a été éradiquée depuis qu’un groupe de femmes a pris

Partager l'article
Lire la suite »

Appui aux connaissances sur la régularisation des naissances par le biais du numérique.

Le district d’Antsiranana II dispose désormais d’une base de données démographique concernant des enfants sans actes de naissance. Des enquêteurs formés à la collecte de

Partager l'article
Lire la suite »